A propos de l’ECStA

Le Conseil Européen de la vie étudiante – ECStA est une association indépendante et autonome visant à promouvoir l’infrastructure sociale dans toutes les institutions d’enseignement supérieur en Europe.

Afin de pouvoir réaliser cet objectif, l’ECStA recherche à améliorer la coopération entre les organisations des services de la vie étudiante en Europe et vise ainsi à accroître la connaissance des différences reliées à l’infrastructure sociale dans l’enseignement supérieur. L’ECStA vise en particulier à promouvoir la mobilité des étudiants en Europe et dans le cadre du processus de Bologne.

L’ECStA est un résultat de la coopération florissante entre les organisations pour les services de la vie étudiante en Europe. Les membres de l’ECStA ont travaillé ensemble pendant de  nombreuses années en formant des liens forts et en utilisant diverses conférences européennes sur le support économique et social des étudiants. Ces conférences se tiennent depuis le début des années 1990 (Bonn 1992, Bruxelles 1993, Munich 1994, Vienne 1995, Strasbourg 1996, Louvain-la-Neuve, 1998, Coïmbra 2000, Berlin, 2007, Luxemburg 2008).

Le Conseil Européen de la vie étudiante a été enregistré officiellement à Bruxelles le 11 février 1999. Les membres fondateurs de l’ECStA sont les deux organisations belges « Vlaamse Interuniversitaire Raad » (VLIR)  et « Conseil Interuniversitaire de la Communauté Française » (CIUF) , l’organisation française « Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires » (Cnous)  et l’organisation allemande « Deutsches Studentenwerk » (DSW).

Avec ses activités, l’ECStA encourage la mobilité des étudiants ainsi que des soi-disant « free-movers », c’est-à-dire les étudiants qui organisent et financent leur séjour à l’étranger eux-mêmes.

L’ECStA poursuit donc les objectifs cités dans l’article 149 du Traité CE – « Politique de l’éducation, de la formation professionnelle et de la jeunesse » notamment : « favoriser la mobilité des étudiants et des enseignants », « promouvoir la coopération entre les établissements d’enseignement » et « développer l’échange d’informations et d’expériences sur les questions communes aux systèmes d’éducation des États membres ».